Comment envoyer les homosexuels américains se faire tuer pour la démocratie

Comment envoyer les homosexuels américains se faire tuer pour la démocratie dans Guerres et Conflits arton10679-023dc

Comment envoyer les homosexuels américains se faire tuer pour la démocratie

A quoi sert Wikileaks ?

Le fameux site internet Wikileaks est à l’origine de la diffusion d’un certain nombre de « révélations ». Il est particulièrement difficile d’évaluer la véracité de ces documents mais également de comprendre leur(s) objectif(s). Très récemment, Wikileaks a communiqué une information selon laquelle  » Israël aurait débuté la destruction des installations nucléaires iraniennes ». Au delà d’être excessivement surprenante, cette information mérite d’être questionnée au regard de plusieurs informations diffusées par Wikileaks précédemment.

1. Comment envoyer les homosexuels américains se faire tuer pour la démocratie

Il y a plus d’un an, Wikileaks nous « apprenait » la discrimination des homosexuels dans l’armée américaine. Alors que l’armée américaine est en large déficit humain suite aux pertes lors des campagnes en Irak et en Afghanistan (et dans bien d’autres endroits encore : Somalie, Sierra Leone, etc.), cette information suscite une vaste vague de contestation au sein de la communauté sexuelle etatsunienne.

Après avoir envoyé la population noire etatsunienne se faire massacrer au Vietnam, les femmes y passèrent grâce à l’excellent film de propagande « Gi-Jane » de Ridley Scott qui mettait en scène la première femme entrée dans la Navy Seals, rôle interprété par Demi Moore.

Wikileaks s’occupe-il donc ensuite du sort des homosexuels ?

Quelques semaines après les « révélations » de Wikileaks, Obama prenait la « courageuse décision » d’abroger le « Don’t Ask Don’t Tell » qui interdisait depuis 1993 aux militaires homosexuels d’afficher leur homosexualité sous peine de renvoi.

Une aubaine pour l’armée américaine.

2. Comment faire passer des criminels recherchés par Interpol pour des militants des droits de l’homme

Lors de mes enquêtes en compagnie de Mahdi Darius Nazemroaya et Mathieu Ozanon, nous avons découverts que les personnes chargés des organisations de la NED étaient recherchées par Interpol et membres de mouvements terroristes et extrêmistes. Dés lors, ces prétendus militants des droits de l’homme, ne pouvaient plus être pris au sérieux.

Nous avons diffusé ces informations très rapidement, notamment sur le site internet Global Research.

A notre grande surprise, ces informations sulfureuses sur l’identité des personnes que la NED avait placé à la tête de ses organisations en Libye, furent égalment diffusées par le journal Le Monde via Owni et Wikileaks, à la différence près que ces individus y étaient présentés comme de purs militants des droits de l’homme espionnées par « l’horrible Kadhafi ».

A en croire Owni donc (qui a un partenariat avec la chaîne de télévision Itélé), Amesys, société française spécialisée dans l’espionnage, avait développé un logiciel permettant à Kadhafi et à ses services de surveiller ces personnages.

Nous ne rentrons pas ici dans la question légale de cette procédure. Même si, de notre point de vue, des personnes pour lesquelles des mandats d’arrêts internationaux ont été émis,ne devraient pas être surprises d’être surveillés par l’Etat qui les a émis (en l’occurence la Libye).

Mais revenons en à la présentation qu’Owni, Wikileaks et Le Monde font de ces personnages : De simples militants des droits de l’homme, bien entendu. Pas un mot sur leur passé ni sur la nature du NSFL (National Front for the Salvation of Libya) auquel ils ont activement participé, organisation terroriste liée à une branche radicale des frères musulmans. Ni la moindre analyse à propos de la présence de l’un d’entre eux dans une conférence de Chatam House à Londres au mois de Juin 2011 et au sein de laquelle il était question de la manière dont il serait possible de faire imploser Tripoli .

Quelques semaines plus tard, la FIDH qui est à l’origine des allégations non-prouvées et mensongères qui initièrent le processus à l’encontre de la Libye ira jusqu’à porter plainte contre Amesys pour avoir transmis du matériel d’espionnage au régime libyen.

Le tour est joué ! Les criminels de la NED passent pour d’authentiques militants des droits de l’homme grâce à Wikileaks.

3. Comment affaiblir l’Iran ?

Désormais, le nouveau jeu de Wikileaks consiste à nous faire croire qu’  » Israël aurait débuté la destruction des installations nucléaires iraniennes ». Il est difficile de dire si cette information est véridique. Le fait est qu’il paraît complètement absurde que les iraniens puissent avoir des services de renseignements suffisament faibles pour laisser une telle chose arriver.

Mais comme nous l’avons compris, ce n’est pas la nature des informations qui est importante chez Wikileaks, mais la manière dont elles sont présentées. Il y a donc une certaine urgence à ne pas prendre ces communications au pied de la lettre. Comme je l’ai démontré ci-dessus , pour au moins ces deux informations, elles ont objectivement servies le complexe militaro-industriel etatsunien dans le premier cas, et l’OTAN, la FIDH et la NED dans le second.

Nous devrions donc nous poser la question : A quoi sert cette information ? Affaiblir l’Iran ? Faire passer ce pays pour une passoire ? En gros : nous faire admettre que ce qui n’est pas encore fait est faisable (laisser Israël s’en prendre à l’Iran sur son programme nucléaire) ?

La réponse bientôt..

Julien Teil

  • Source : agoravox.fr via E&R

 

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez vous Poster un commentaire

ACCIDENT DU 29.01.09 |
Dream Team |
laetitia93250 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | John Cena
| Actualités du Maroc et du m...
| clash03